La Muse – Chapitre 13

Bonnie Calamity Tome 5

Alors qu’Alex mit Michel au courant de la derniĂšre bĂ©vue de son Ă©pouse, cette derniĂšre travaillait depuis trois jours sur ses souvenirs et anecdotes et ce soir lĂ , elle devait donner les premiĂšres lignes directrices Ă  son mari afin que celui-ci puisse travailler dessus, les Ă©dulcorer, les romancer. Michel avait eu des mots terribles envers Sarah-Jane Ă  peine avait-il pris connaissance de sa derniĂšre aberration (pour ĂȘtre poli) . C’est bien simple pour lui tout Ă©tait la faute de l’Ă©pouse de son meilleur ami et pour le moment il ne voulait plus en entendre parler. Le scandale du Tschann 13 , qui Ă©tait la responsable ? Sarah-Jane. Le procĂ©s ? Sarah-Jane. Le gouffre dans la notoriĂ©tĂ© des Éditions ShĂ©rif ? Sarah-Jane. La vengeance d’Edwige Staks dans les magazines people qui dĂ©nigrait la rĂ©putation de son ancienne collaboratrice, l’invitĂ© qu’elle n’a jamais reçu et de son manager ? Sarah-Jane. Bonnie Calamity ? Sarah-Jane. Et maintenant la disparition du blog sur lequel sont basĂ©s quatre romans et peut-ĂȘtre pas le cinquiĂšme ? Sarah-Jane.

Mais le pire dans cette histoire, c’est qu’Alex commençait Ă  penser comme son ami. Dieu savait si tant il Ă©tait croyant qu’il aimait Sarah-Jane, mais Michel n’avait pas tord, sans les conneries (voilĂ  il l’avait dit) de Sarah, il n’en serait pas lĂ  aujourd’hui, ils seraient peut-ĂȘtre allĂ©s tous les deux Ă  OrlĂ©ans faire des dĂ©dicaces communes avec toute l’organisation et le glamour du Tschann 13… avant 21h, le tome 5 des aventures de Bonnie Calamity serait dĂ©jĂ  sous presse soit avec un final dĂ©tonnant soit avec un prĂ©ambule au tome 6… qui sait ? Ils pourraient ĂȘtre heureux tous les deux Ă  profiter de leur notoriĂ©tĂ© et a prĂ©parer l’arrivĂ©e du bĂ©bĂ© auquel ils auraient dĂ©jĂ  choisi un prĂ©nom dans la joie, le calme et la bonne humeur. Au lieu de quoi Mike Ă©tait remontĂ© au point de dĂ©testĂ© Sarah-Jane, cette derniĂšre s’Ă©puisait Ă  travailler sur un projet sur lequel elle ne serait ni rĂ©munĂ©rĂ©e ni mise Ă  l’honneur et Alex… Alex ne pouvait plus souffrir Max Morgenstar, n’arrivait pas Ă  se rĂ©jouir de la venue prochaine se son fils ou sa fille, Ă©tait Ă©nervĂ© contre Sarah-Jane et ses idioties accumulĂ©es (Bonnie Calamity ! Sa muse ! Ah si seulement il pouvait relater toute cette histoire dans le tome 5 de sa saga, ce serait le succĂšs assurĂ©) et commençait a dĂ©tester sa vie actuelle. De plus Antigone Ă©tait toujours prĂ©sente dans son esprit.

Alex Ă©tait entrain de faire des recherches sur internet afin de retrouver une trace d’Antigone. Il ne savait que peu de choses sur elle. Rien sur les rĂ©seaux sociaux (bon sang on est en 2018 et rien du tout!), peut-ĂȘtre avait-elle un pseudonyme, dans ce cas la recherche Ă©tait plus ardue, pas de numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone fixe, rien sur Google. Il se demanda mĂȘme si finalement Antigone Ă©tait peut-ĂȘtre pas son vrai prĂ©nom. Il fit une recherche sur les sites et pages des librairies, espĂ©rant tomber sur le selfie qu’il avait pris d’eux sur le quai de la gare. Il checka sur instagram les photos avec le hashtag #MaxMorgenstar… ça lui prit un temps fou mais rien. Sarah-Jane l’interrompit Ă  cet instant en ouvrant la porte du bureau sans avoir frappĂ© auparavant. Alex sursauta et cliqua sur les croix pour fermer les fenĂȘtres qu’il consultait.

-Je ne voulais pas te faire peur .

-Alors fallait frapper auparavant.

-Tu matais un porno ?

-Mais tu es malade ?! Non je travaillais figure-toi, je ne t’ai pas entendu tu m’as fait peur c’est tout.

-Je voulais juste te présenter les ébauches de ce sur quoi je travaille depuis trois jours. Je suis épuisée, je vais prendre un bain et aller me coucher.

-Laisse-moi tes feuillets, je vais y jeter un Ɠil.

Sarah-Jane sortit de son bureau, il fut tentĂ© de reprendre ses recherches sur internet quand soudain il eut une idĂ©e, il savait comment retrouver Antigone sans se rendre Ă  OrlĂ©ans, ce qui Ă©tait le plan B, mais au vu de l’heure tardive, il ferait ça le lendemain. Il prit les feuilles noircies de la belle Ă©criture de sa femme, un regain de tendres Ă©motions enflamma soudain son cƓur, mais ce fut trĂšs bref. Rouge de colĂšre il entra (sans frapper) dans la salle de bain oĂč se prĂ©lassait sa « muse » dans une baignoire pleine de mousse.

-Tu te fous de ma gueule ? PitiĂ©, Sarah, dis-moi que c’est une blague et que tu ne te moques pas de moi, que tu as Ă©crit autre chose et que tu souhaitais me dĂ©rider avec une boutade.

-Hein ? Quoi ? Pardon, mais je ne te comprends pas.

-Les papiers que j’ai dans les mains, c’est ce que tu as Ă©crit depuis trois jours ou il y en a d’autres ailleurs ?

-Non, c’est tout ce que j’ai Ă©crit, ça fait trois jours Alex, trois jours que je travaille lĂ  dessus et je suis extĂ©nuĂ©e, c’est tout ce dont je me souviens pour le moment. Laisse-moi me reposer, n’oublie pas que je suis enceinte, j’ai besoin de repos.

-Attends, tu es Ă  peine enceinte Sarah-Jane, tu n’as mĂȘme pas de nausĂ©e, tu pĂštes le feu et tu continues le step en salle de sport et lĂ  tu fais quoi ? Tu te fiches de ma gueule.

-Mais ça ne va pas , non ? Je n’ai fait que ce que tu m’as demandĂ©.

-Ah ouais ? Attends je lis : Un premier rendez-vous Ă  la fĂȘte foraine, elle se gave de barbapapa, monte dans un grand huit et vomi sur les genoux de son partenaire festif du jour. C’est dans le tome 3. Laisser Ă©chapper un pet devant ses collĂšgues en ramassant un crayon c’est dans le tome 1, l’une des premiĂšres anecdotes en plus. La jupe coincĂ©e dans le collant c’est dans le 4 . La crotte de nez aprĂšs un Ă©ternuement lors du repas d’affaire, quand tout le monde lui fait signe discrĂštement qu’elle se frotte le bout du nez mais ne comprend pas l’allusion jusqu’Ă  ce que ce soit le serveur qui lui fasse remarquer, c’est aussi dans le tome 1. Bon sang, Sarah-Jane, tu as relu les romans et repris les idĂ©es ou quoi, il n’y a pas une seule idĂ©e nouvelle sur cette liste. Il y avait des annĂ©es d’anecdotes sur ce blog, je faisais juste le tri pour en faire des histoires cohĂ©rentes Ă  chaque tome. Est-ce que tu peux m’expliquer ?

-Elle se mit Ă  sangloter puis Ă  pleurer.

-Non, je ne peux, pas, tu sais les hormones…

-Ne m’emmerde pas avec tes hormones bordel, est-ce que tu peux oui ou non m’expliquer toute cette histoire ? Je te prĂ©viens Sarah-Jane, je suis entrain de me poser une question, j’ai un gros doute, et j’ai peur d’entendre la rĂ©ponse.

Sarah-Jane se mit Ă  pleurer de plus belle ; Alex se passa les mains sur le visage.

-Bordel de merde, Sarah-Jane, dis -moi la vĂ©ritĂ© , es-tu oui ou non l’auteure de ce blog… Sarah-Jane, j’entends pas lĂ , pitiĂ© Sarah, dis-moi que j’ai tord, dis-moi que tu ne t’es pas attribuĂ©e le blog d’une autre. Dis-moi que tu n’as pas recommencĂ© et que tu n’as pas plagiĂ© de nouveau les mots, pages et en l’occurrence, ici les sentiments d’une autre. Sarah, je t’Ă©coute, pitiĂ©, Sarah ?

La jeune femme se mit Ă  pleurer davantage et acquiesça de la tĂȘte.

-Dis-moi que c’est quelqu’un qui te connaĂźt et qu’avec la rĂ©tribution adĂ©quate voudra bien m’aider Ă  terminer mon bouquin.

Toujours en pleurant, la jeune femme fit non de la tĂȘte.

Alex donna un coup de poing dans la porte de la salle de bain, prit sa parka et claqua la porte de son appartement . Il erra un moment dans les rues de Paris, il entra dans un bar, but un verre de whisky. RĂ©flĂ©chit, sortit du troquet, hĂ©la un taxi et se rendit chez Michel. Il Ă©tait prĂšs de minuit lorsqu’il tambourina Ă  sa porte.

-Tu ne vas jamais me croire, mec, elle a recommencé.

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s