La Muse – Chapitre 2

De Sarah-Jane à Barbie Parker

L’annonce de la fin de la saga : « Duo de Chics » déferla dans le monde littéraire comme un raz de marée, ainsi que dans les foyers des fans. Entre ceux qui désiraient plus d’aventures de leurs héros préférés, ceux qui espéraient une adaptation à la télévision ou au cinéma, ceux qui pensaient que leur amour tu si longtemps n’entraveraient en rien leurs enquêtes une fois celui-ci dévoilé… la déception fut immense. Néanmoins avec toute cette publicité autour de ce dernier tome, les ventes de celui-ci allaient être décuplées.

On s’arrachait les interviews de Max Morgenstar et ce fut tout naturellement qu’il fut invité sur le plateau de la célèbre Edwige Staks (un peu comme le fleuve Styx mais en pire disait-on d’elle), présentatrice télé de la non moins célèbre émission littéraire de la nuit de la chaîne culturelle pour les insomniaques amoureux de la lecture: « Un livre au lit ».

Edwige Staks recevait ses invités dans un immense lit dont la tête était une bibliothèque où figuraient les ouvrages des auteurs reçus (et à la fin de l’émission, ils se devaient de dédicacer leur roman , recueil, BD ou nouvelle à l’animatrice avant que cette dernière ne l’intègre à la bibliothèque de l’émission), toujours en peignoir rose autour d’un plateau qui ressemblait à celui d’un petit déjeuner au lit du dimanche. Avec thé, café, jus d’orange, croissants et soliflore contenant une rose. De temps à autre Edwige proposait à ses invités de boire dans sa flasque magique qui pouvait contenir n’importe quoi : de l’eau, du jus de fruits, de la vodka, du whisky, de l’absinthe, une simple grenadine ou même une fois… de la soupe. Elle demandait alors à la personne qu’elle recevait ce que cette boisson représentait pour elle, un genre de blind-test pour agrémenter son émission et de faire de ce gimmick sa marque de fabrique.

Mais bon, le peignoir, le lit, la flasque… ne voyez rien d’indécent à cela, bien que l’émission soit tardive, ça n’en restait pas moins une émission culturelle et les invités avaient toujours le choix de se mettre sous les couette aux côtés de l’animatrice, par dessus les draps, sur le divan à gauche ou sur une chaise Voltaire à droite.

***

Avec un tel tollé médiatique,la ferveur était telle que la présence de Michel était devenue indispensable aux côtés d’Alex; mais il n’en resta pas moins de l’autre côté de la caméra, il n’était là qu’en tant qu’agent afin de soutenir et diriger son poulain. La présence de son ami, calma les angoisses de l’écrivain qui était plus enclin à signer des dédicaces qu’à parler en public; même si dans le cas présent l’émission était enregistrée.

-Fais ton show, Alex! Même pour une émission de petite ampleur comme celle-ci. Fais parler de toi, mets-toi à poil, roule une galoche à Edwige Staks, je ne sais pas moi… Je veux qu’on parle de toi, qu’on te voit dans le bêtisier de Noël. Fais-toi remarquer, laisse une trace.

-Tu ne veux pas non plus que je me prostitue en direct?

-Ben en fait si! Mais je sais que tu es un mec coincé. Au fait elle est où ta dernière copine, la grande brune aux mèches rouges et aux gros nichons?

-Aux oubliettes. Encore une qui voulait se servir de moi pour devenir une star, que tu publies ses gribouillis, des cadeaux, de l’argent, les photos dans la presse people et de la notoriété.

-Tu as encore non numéro?

-Pourquoi? Tu ne vas quand-même pas publier son autobiographie, elle ne sait pas aligner deux mots correctement et fait même des fautes d’orthographe à l’oral.

-Certainement pas! Mais je peux le lui faire croire, elle pourrait se servir de moi et moi je pourrais jouer un petit moment avec elle.

-Tu n’es vraiment qu’un salopard!

-Je sais, mais elle a vraiment de sacrés obus dans le soutif et j’ai bien envie de les faire exploser entre mes mains et ma bouche.

-Elle ne porte jamais de soutien-gorge.

-Oh putain!

La conversation prit fin lorsque le régisseur hurla sur le plateau:

-Tout le monde en place, on va commencer l’enregistrement. Monsieur Morgenstar, allez vous placer à l’endroit où vous allez répondre aux questions d’Edwige. Maquilleuse! Retouches lumière.

Alex ne souhaitait pas se retrouver dans le même lit que la présentatrice quinquagénaire aux mœurs assez tactiles du moins de ce qu’il en avait vu des émissions passées; et s’installa sur la chaise qui se trouvait à droite du lit au plus grand dam de son ami qui grommela:

-T’as vraiment un balai dans le cul!

Alex qui avait entendu lui envoya un doigt d’honneur. Il connaissait un peu l’émission d’Edwige Staks mais n’était pas un grand fan, encore moins de l’animatrice. l’équipe technique gloussait et alors que la maquilleuse poudrait les pommettes de Max afin qu’il évite de briller sous les projecteurs, quand le professionnel technique paniqua:

-Et Edwige? Où est Edwige? Cette vieille bique fait encore sa diva. Bon sang! Chaque minute nous coûte de l’argent.

Branle bas de combat à la recherche de l’animatrice, derniers réglages micro, lumière, déco, la présentatrice vedette était introuvable. Le producteur voyait rouge quand tout se passa très vite. La décoratrice terminait de mettre le plateau garni sur le lit quand ce dernier l’interpella:

-Vous? La barbie au plateau! C’est quoi ton nom?

La jeune femme sursauta et très surprise bredouilla timidement:

-Sarah-Jane Koch.

-Bon j’ai rien compris, mais t’es pas trop laideron, je suis certain que tu as toujours rêvé de faire de la télé et aujourd’hui c’est ton jour de chance. Allez tout le monde en place, on va commencer l’enregistrement avec… Barbie… heu… Parker… le temps que sa majesté daigne se montrer.

-Mais je ne m’appelle … bredouilla la jeune femme.

-On s’en moque! C’est juste une répétition. Maquilleuse! Faites-moi quelque chose avec cette peau, j’ai l’impression d’être sous des stroboscopes. Coiffeuse ? Un tour de magie pour rendre les cheveux de Raiponce boule de paille sombre qui roule dans le désert en une coupe… plus… regardable. Jacques, règle moi ces lumières. Et toi Barbie enfile-moi voir ce peignoir rose et mets-toi dans le lit. Allez! hop! hop! hop ! On tourne!

En moins d’une minute, la jeune femme était dans le lit à la place d’Edwige Staks, quelques fiches à la main, ne sachant ce qu’elle faisait là et pourtant… La jeune stagiaire de 24 ans, qui était fan de l’auteur, et qui travaillait depuis six mois déjà dans l’ombre des plateaux télés, passa un masque de professionnalisme et d’assurance qui scotcha toute l’équipe technique, le producteur de l’émission le premier. Elle fixait la caméra et endossa un rôle de présentatrice édifiant comme si elle avait fait ça toute sa vie.

-Mesdames, messieurs, insomniaques et fans de littérature, bonsoir. Ce soir dans notre émission: « Un livre au lit », nous recevons pour la première fois, l’écrivain le plus hype du moment, l’auteur de « Duo de Chics », mesdames et messieurs, j’accueille dans mon lit ce soir… monsieur Max Morgenstar !

Alex se leva de sa chaise, répéta par deux fois « Bonsoir, bonsoir à tous ». Des applaudissements enregistrés retentirent. Il salua de la main un public imaginaire et allait donner à Michel le coup de pub dont il rêvait.

-Merci, merci! Après de si belles louanges de Barbie Parker, notre hôtesse, je ne peux décemment pas la laisser seule dans un si grand lit.

Il retira sa veste de costume, dénoua sa cravate et retira sa chemise bouton après bouton mimant un strip-tease sous les acclamations spontanées de l’équipe technique qui jouait le rôle d’un public. Le producteur regarda le régisseur et lui fit signe de continuer.

Max retira nonchalamment sa ceinture, la fit tourner par dessus sa tête, la présentatrice remplaçante applaudissait des deux mains et sifflait tel un homme dans un stade. Alex lança sa ceinture en direction de Mike (d’un air de dire: ça y est, tu as ce que tu voulais?) qui dû s’abaisser pour ne pas la prendre en pleine figure. Il fit mine de retirer le bouton de son pantalon pour le plus grand plaisir de Michel qui gardait un œil sur le producteur de peur qu’il ne fasse cesser le show. Ce dernier avait le sourire aux lèvres et encourageait l’écrivain. Alex continuait à se donner en spectacle même si ses agissements ressemblaient plus à une émission de variété de première partie de soirée qu’à une interview culturelle. Il se tourna et fit dos à la caméra. Lança un clin d’œil à la jeune femme dans le lit, passa les pouces dans les passants de son pantalon, se pencha en avant pour donner un aperçu de ses fesses moulées dans son pantalon et se redressa subitement,  se tourna de moitié vers la caméra, fit le signe non en balança son index de gauche à droite, enfila un peignoir bleu prévu à cet effet , couvrit son torse musclé et son pantalon et sauta dans le lit, sous la couette aux côtés de la nouvelle animatrice.

L’équipe technique dont le producteur étaient émerveillés, Mike était plus que ravi, la scène se serait ni coupée , ni effacée; la présentatrice intérimaire ne se laissa pas désarçonner et continuait  avec un naturel déconcertant:

-Ouah! Quel entrée en matière! Si on m’avait dit que je finirais ce soir au lit avec le grand Max Morgenstar…

-Si on m’avait dit que je serai invité à l’émission de la grande Barbie Parker!

-Je ne su…

Troublée, Sarah-Jane faillit dire qu’elle n’était pas Barbie Parker mais un regard soutenu de l’écrivain lui fit comprendre qu’ils devaient jouer le jeu, elle se reprit:

-On sait maintenant d’où vient l’inspiration du personnage de Thomas Saint-Pierre…

-Arrêtez! Coupez tout! Sortez cette greluche de mon lit!

La grande Edwige Staks venait de faire irruption sur le plateau, hors d’elle comprenant qu’ils l’avaient déjà remplacée pour quelques minutes de retard. S’en suivit le moment le plus rocambolesque qu’Alex et les autres n’eussent jamais vécu ou imaginé.

La quinquagénaire  furieuse sauta sur sa jeune remplaçante et lui tira le bras pour la faire sortir du lit en la traitant de salope. Alex se leva pour délivrer Sarah-Jane des griffes de la furie, la sécurité , le producteur, le cameraman, le régisseur, et même Mike s’interposèrent dans la mêlée. La vieille femme visiblement très alcoolisée fut rapidement maîtrisée.

Interlude, pendant lequel des décisions radicales furent prises. le courant passait très bien entre Sarah-Jane Koch, devenue indépendamment de sa volonté Barbie Parker et le romancier, il n’y avait rien à jeter de l’enregistrement (et certainement pas de l’interruption d’Edwige Staks qui ferait la première page des tabloïds. Pour le producteur d’une émission de la nuit, bonne ou mauvaise, une publicité était toujours bonne à prendre).

Après la remise en place de tout le décor et de tout le monde, Barbie Parker présenterait exceptionnellement l’émission du jour. Le producteur avait emmené Edwige au loin pour la calmer, pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas en état de faire l’émission, qu’elle était toujours sous contrat avec la chaîne et que ce concept était le sien. Il fit appeler Mike et se mirent tous les trois de connivence pour que le pétage de plomb d’Edwige soit rendu publique entre l’enregistrement et le passage télévisuel histoire de faire grimper l’audimat ainsi que la notoriété de Max. Le business, restait le business, qu’importait les quand dira-t-on et la honte que pourrait éprouver l’animatrice. La télévision et le show business étaient des mondes impitoyables ou la cupidité primait sur le respect (de soi-même et d’autrui).

Une fois les esprits apaisés et la promesse d’une grosse surprime à Edwige pour la tache qu’occasionnerait la divulgation de la scène tournée inopinément, dans sa carrière, l’enregistrement reprit. Et sous l’œil de la caméra d’une émission culturelle de la nuit, un véritable coup de foudre naquit.

Les deux jeunes gens étaient dans un naturel sans équivoque, Sarah-Jane était d’un professionnalisme exceptionnel et les réponses d’Alex étaient si fluides… On voyait que l’animatrice avait lu « Duo de Chics » et connaissait beaucoup de choses sur l’écrivain sans tomber dans le fanatisme. Elle n’avait même pas eu besoin de ses fiches qui avaient mal survécu à la bagarre, tachées de thé, café et autre jus de fruits. Les questions de la présentatrice étaient celles de la lectrice et ça fonctionnait bien.

***

A la fin du tournage, des félicitations et des hourras s’imposaient de toute part. Alex et Sarah-Jane ne se quittèrent plus. L’émission fut un énorme succès et eut même droit à deux rediffusions (chose qui n’était jamais arrivée pour une émission culturelle tardive sur cette chaîne). Le rêve de Mike se réalisa en fin d’année lorsque le strip-tease très classieux de Max passa dans tous les bêtisiers et autres émissions sur les meilleurs moments de l’année. Et c’était sans compter sur le pétage de plomb d’Edwige Staks qui avait fait grimper l’audimat de l’émission à son point culminant depuis sa création.  Exploit jamais réitéré par la suite.

Edwige continua son émission « Un livre au lit » encore quelques mois mais les téléspectateurs demandaient le retour de Barbie Parker. Le concept venant de la quinquagénaire, l’émission s’arrêta en même temps que la carrière d’Edwige. La prestation de Sarah-Jane n’avait pas échappé aux producteurs d’émissions. Elle fut d’abord Miss météo sur cette même chaîne avant d’être débauchée grâce à son nouvel agent Mike Shérif pour animer une émission matinale sur une chaîne nationale. En 2013 la chance lui sourit enfin, et elle devint présentatrice d’une émission culinaire qui passait en première partie de soirée. Barbie Parker devint une célébrité de la télévision et dans la foulée, toujours aidée de Michel, ce dernier lui fit publier son premier livre de recettes de cuisine.

Le romancier et le présentatrice télé.

Comment pouvait-on être si heureux et vivre dans tant de bonheur?

***

Sarah-Jane, que seul Alex prénommait tout simplement Sarah, ressemblait beaucoup au personnage de fiction sorti tout droit de l’imagination d’Alex: Annette. Sauf que Sarah était brune. Elle avait le longs cheveux bruns toujours si lisses et soyeux. Elle était magnifique avec ses yeux clairs, sa taille fine et ses seins fermes. Alex était en admiration devant cette femme si sûre d’elle et qui savait ce qu’elle voulait. Ce qu’elle voulait c’était Alex, la gloire et l’argent, pas forcément dans cet ordre là et Sarah-Jane avait toujours ce qu’elle voulait.

Alex et Sarah-Jane représentaient le couple idéal, mais pas autant de Max et Barbie.

Les deux et mêmes couples étaient heureux et amoureux comme jamais. Rien ne pouvait noircir leur idylle tant privée que publique.

Sarah-Jane Koch Barbie Parker et Alex Martin Max Morgenstar s’étaient dit oui le 7 juillet 2007 (le 7/7/7 portait bonheur à Las Vegas, pourquoi pas à eux?). Le même jour s’étaient mariés en France une actrice de série américaine et un sportif français; la portée médiatique de l’événement par delà les océans avait supplanté l’union so frenchy de Max et Barbie. Mais ils n’en avaient que faire, leur mariage avait été grandiose même si Alex avait rêvé d’un mariage simple et intimiste à thème; mais les faits étaient là. Dix ans plus tard, Alex et Sarah-Jane étaient toujours aussi fous d’amour l’un pour l’autre alors qui pouvaient encore se soucier aujourd’hui d’Eva et de Tony?

Sarah était devenue une véritable muse pour Alex, sa femme, son amie, son amante… Jamais il n’avait été plus productif et inspiré depuis qu’il avait rencontré Sarah-Jane, la femme parfaite par (sa) définition.

Peu après leur mariage, Max eut un grand succès avec son roman autobiographique: « Un amour sous les projecteurs ». Entre les fans de Max, ceux de Barbie et ceux des magazines people, son roman s’était très bien vendu. La couverture du livre était une capture des images réalisées quelques temps plus tôt lors de l’émission « Un livre au lit » On y voyait Sarah-Jane assise dans le lit en peignoir rose, une couette sur le genoux et Alex se retourner à demi faire le signe « non » avec le doigt.

Mais la grande œuvre de Max Morgenstar, celle qui lui aura valu le Grand Prix des Lectrices de Elle,l’année précédente, parce qu’il avait vendu plus de 120 000 exemplaires de sa dernière saga ( du moins pour le premier tome), Alex la devait à sa femme. L’idée de génie, c’est elle qui l’avait eue. L’histoire, c’est elle qui l’avait vécue, c’est elle qui l’avait racontée. Alex l’avait juste romancé davantage. Un vrai travail d’équipe pour Sarah, une imposture pour Alex, mais ça avait fonctionné. Très bien fonctionné même puisque cette année, en 2017, on lui avait attribué le Prix Femina.

***

Malheureusement, il y a quelques semaines, Alex avait appris la vérité, la triste réalité et il ne savait comment agir ou réagir.

-Sa Muse-

Qu’en était-il de sa muse? Que devait-il faire?

Il n’était pas question d’amour ou de manque d’amour bien au contraire, il était toujours amoureux de Sarah et c’était réciproque, malgré les tentatives douteuses de la presse people qui s’acharnait à fouiller les moindres détails de leur vie publique et privée et qui détournait la moindre photo d’eux. leur amour, leur passion était solide, parée à toutes les épreuves. Mais qu’en était-il de la confiance?

Pourtant tout allait bien pour eux. Le problème ne venait pas d’eux. Le problème de venait pas d’elle. Le problème ne venait pas de lui. le problème était dans sa tête.

Sarah-Jane lui disait:

-Si tu ne penses pas au problème, il n’existe pas.

Peut-être avait-elle raison. Mais une petite voix disait dans la tête d’Alex :

-Ce n’est pas en m’ignorant que je disparaîtrais .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s