La Muse – Prologue –

Affalé dans son fauteuil de bureau en cuir avec porte-canette intégré, hauts-parleurs de chaque côté du cale-nuque munis de la fonction Bluetooth reliés à son téléphone portable Édition Spéciale « pas encore sur le marché » qui portera son nom et à son ordinateur portable dernier cri…

Il en avait assez de tout ça: être sur le devant de la scène, sur des affiches, passer à la télévision… Non il désirait autre chose. Écrire. Tout simplement écrire… Enfin si l’inspiration le lui permettrait de nouveau un jour.

Alex se passa la main dans les cheveux, un tic nerveux qu’il arborait depuis l’adolescence, avant de joindre ses mains sous le menton fixant l’écran de son ordinateur.

Ses cheveux étaient beaucoup trop longs et auraient bien besoin d’une bonne coupe depuis plusieurs mois déjà. Sa barbe de trois jours ou plutôt de trois semaines commençait à le gratter.

Alex fixait sa page blanche ouverte depuis des jours et des jours, il avait cliqué sur l’icône « traitement de textes », puis sur « nouvelle page » dans l’espoir de débuter un nouveau roman mais… rien. Aucune inspiration.

L’angoisse de la page blanche, la maladie la plus redoutable qui puisse affecter un écrivain. Pire! Un grand écrivain. L’écrivain du moment. L’écrivain aux trois prix littéraires. Celui dont tout le monde parle. Celui qui affole les foules lors de ses différentes séances de dédicaces. Celui qui est invité sur tous les plateaux de télévision. Celui dont la première saga a été traduite en plus de dix langues. Celui dont les romans vont être adaptés au cinéma sous peu. Celui qui fait la une des magazines littéraires mais aussi celle des magazines people.

Alex est connu. Alex est reconnu. Alex a une belle gueule. Alex a de l’argent. Alex a la plus belle femme du monde. Alex est fou amoureux. La femme d’Alex est magnifique. La femme d’Alex est connue. La femme d’Alex est reconnue. Alex a la gloire. La femme d’Alex a la gloire. Alex est heureux.

Alex est heureux?

Alex est-il heureux?

Alex se pose des questions. Alex se pose beaucoup de questions. Alex ne devrait pas se poser toutes ces questions. Alex devrait faire ce qu’il a toujours fait. Ne se poser aucune question, prendre la vie comme elle vient et en profiter.

Mais voilà, Alex a aujourd’hui 42 ans, il est attendu au tournant. Toujours faire mieux, toujours se dépasser. Tout le monde attend son nouveau roman. Non! Son nouveau best-seller. La promotion du dernier est à peine commencée, lancé pour la rentrée littéraire. On est en automne. Alex a l’impression d’être à l’automne de sa vie et on lui demande de « pondre » une suite.

Des semaines à se poser des questions. Depuis son retour de Carhaix. Lui, le traître. Lui, l’usurpateur. Lui, le faussaire. Lui, le mystificateur. Lui, l’hypocrite. Lui, le menteur. Lui, le… rien du tout.

Comment continuer? Comment poursuivre? Sarah et Michel n’ont-ils aucune conscience?

-Si mon chéri, nous avons une conscience professionnelle. Lui avait répondu Sarah en levant les yeux au ciel comme s’il venait de poser la question la plus stupide au monde.

Comment avait-il pu? Certes, il ignorait tout et n’avait été qu’un pion mais un pion très chanceux qui le rendait fier et en avait longuement profité. S’il en était là aujourd’hui c’était surtout grâce à Michel son meilleur ami et à Sarah sa femme; lui, n’était rien. Juste un nom. Une image. Un produit marketing. Juste un nom … Arf! Même ça ce n’est pas lui. Un pseudonyme. Le grand Max Morgenstar! Même ce nom, il en venait à l’exécrer. Que reste-t-il d’Alex Martin aujourd’hui?

Comment en était-on arrivé là?

Quand a-t-il troqué la machine à écrire de sa mère qui était alors secrétaire? Feu sa mère qui a succombé à un cancer fulgurant des poumons. Sa mère fumait trop mais c’était elle qui lui avait offert sa vieille machine à écrire à la fin des années 80 quand son patron a équipé son entreprise d’ordinateurs flambants neufs. La machine à écrire de sa maman qui avait donné naissance à ses premiers poèmes jamais publiés, ses premières nouvelles écrites « juste pour lui » et à son premier roman: « Duo de Chics », un roman policier assez bling-bling qui aura transformé sa petite notoriété en gloire internationale. Le roman auto-édité grâce à Michel. La chose qui n’arrive jamais. Le rêve de tout écrivain en devenir. Plus de 1200 exemplaires de vendus en quelques semaines. Alex avait été approché par de grandes maisons d’édition sentant le bon filon. Mais Alex était intègre et resta aux côtés de celui qui avait cru en lui, son ami de toujours. Michel avait eu du l’intuition pour son ami mais aussi pour quelques autres anonymes et il devint en moins de 10 ans l’éditeur et même l’agent préféré des stars éphémères (et ça lui rapportait un max de fric). Isolé un mois dans une maison coupée du monde parmi quinze inconnus? L’enfance malheureuse du demi-finaliste du dernier télé-crochet? Les trucs et astuces de cette influenceuse beauté qui s’est coupée la frange beaucoup trop court en direct? Michel était sur tous les fronts et savait comment récompenser les attentes d’un public assez jeune. « Les éditions Shérif » étaient l’éditeur préféré des 12-25 ans mais ne rassemblaient que quelques clopinettes pour ses vieux jours. Michel devait sa fortune et sa notoriété à Alex. Même Sarah-Jane avait eu son heure de gloire (encore une) littéraire grâce à Michel quand celui-ci proposa à Barbie Parker présentatrice vedette d’une émission culinaire de publier ses propres recettes de cuisine.

Quand avait-il laissé tomber sa vieille machine à écrire au profit d’un ordinateur vraisemblablement hors de prix qu’il n’utilisait que pour écrire, lire ses mails et surfer sur internet quand il avait… non!… quand il prenait le temps de le faire?

Des jours et des jours à rester coupé du monde, il ne voulait voir personne. Pas même Michel ou Sarah. Surtout pas Sarah. Même s’il aimait Sarah de tout son cœur, après tout elle était la femme de sa vie et Sarah l’aimait tout autant en retour. Mais il avait besoin de réfléchir.

Alex se posait des questions. Des tas de questions. Alex voulait des réponses. Quand tout ceci avait-il commencé? A quel moment sa vie avait-elle pu changer si radicalement sans qu’il ne s’aperçoive de rien? Pourquoi sa vie avait-elle changé? Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Pourquoi avait-il voulu plus?

Pourquoi Sarah-Jane Koch était-elle devenue Barbie Parker?

Comment Michel Marchal était-il devenu Mike Shérif?

Qui est Bonnie Calamity?

Et comment Alex Martin auteur de « Duo de Chics » était-il devenu Max Morgenstar l’illustre romancier?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s